Témoignage Pierre-Michaël Micaletti - Centre-CoachingEnlarge

Centre Coaching vous présente aujourd’hui le témoignage de Pierre-Michaël Micaletti sur le sujet du« Mental ».

A travers un parcours sportif singulier, Pierre-Michaël a acquis en seulement 5 ans un niveau mondial sur des courses extrêmes d’ultra-endurance. A 16 ans, un grave accident de la circulation lui broie le tibia et s’ensuivent 3 ans de rééducation et dix années d’inactivité sportive. Après tout ce temps, la persévérance l’amène avec beaucoup d’entrainement à participer à sa première course ultrafond en 2003 : les 6 heures de Gravigny.

En 2006, il participe à la Transe Gaule, qui relie Roscoff à Gruissan. Il s’agit d’une course extrême de 1150 km traversant la France de part en part. Il parcourt la sixième étape avec 2 fractures au plateau tibial droit. Un exploit selon le monde médical. Il fera 700 km avec cette double fracture et finira la course.

Voir l’article : « L’inarrêtable bourrico de corse » par Eure Infos – Octobre 2006

En 2010 il est le premier français à avoir gagné la course des 7 jours d’Athènes. Il y parcourt 860 km en 7 jours et 7 nuits, soit la plus grande distance réalisée par un Français sur ce circuit en bitume d’une longueur d’1 km.

Du 5 au 10 juin 2011, Pierre-Michaël Micaletti s’est attaqué à un nouveau record de distance… sur tapis roulant. En marge des six jours d’Antibes, il réalise un premier record du monde de distance avec 814,3 km parcourus en 6 jours. Cette épreuve a surtout été l’occasion pour lui de se prêter à de multiples expériences sur le sommeil.

Voir l’article : « Micaletti, formidable pionnier » par Eure Infos – Juin 2011

Profitons, avec quelques questions, de l’expérience d’un champion :

Centre Coaching : Les deux épreuves de 6 jours sur tapis que tu as réalisées rentrent pour moi dans le domaine de l’extrême, et j’admire ton courage. Comment en es-tu arrivé là ?

Pierre-Michaël Micaletti : Ces épreuves correspondent à la fin d’un cycle. Au bout de 5 ans de pratique de « 6 jours sur circuit », avec 4 podiums sur l’épreuve d’Antibes, et enfin la victoire aux 7 jours d’Athènes en 2010, j’ai eu besoin de me poser et de réfléchir à la formalisation de ma pratique, notamment comment objectiver un paramètre essentiel selon moi pour la performance : le sommeil ! Partant de là, mais aussi d’un besoin d’introspecter de manière « pure » la dimension mentale et la notion de foulée parfaite, en dehors du contexte de compétition, le tapis s’est imposé naturellement comme le meilleur moyen d’y arriver. Tout a commencé par un mail sur le forum Ultrafondus, en posant la question de l’existence d’un record sur 6 jours tapis, après quelques échanges avec les copains coureurs : Guillaume Millet, super coureur et chercheur/biologiste, Philippe Billard, le patron du magazine Ultrafondus, et Gérard Cain,  organisateur des 6 jours d’Antibes. Dès lors la décision était prise d’aller établir un record. La stratégie fut de considérer le tapis comme une nouvelle surface de course et de compétition, créant ainsi une occasion de médiatiser ces épreuves d’ultra. Le but de cette approche est d’aller vers la professionnalisation de cette discipline, et ainsi se donner les moyens d’approfondir les données physiologiques liées à l’endurance extrême. Aucune mégalomanie ou quoi que ce soit dans tout cela mais bel et bien l’envie d’offrir à nos meilleurs compétiteurs, à l’instar de ce qu’ont réalisé les apnéistes avec leur discipline, la possibilité d’explorer leur passion. Pour cela nous avons décidé, Gérard Cain et moi-même, de créer une structure de promotion dont l’objet est l’organisation d’évènements médiatiques autour des épreuves sur tapis de course. Pour découvrir tout ceci www.ultrathletic.fr.

Centre Coaching : Dans les conditions où tu pratiques ta discipline il faut avoir un mental à toutes épreuves. Aujourd’hui comment pourrais-tu le définir ?

Pierre-Michaël Micaletti : Le mental est la condition sine qua non de ce type de discipline, certainement plus que dans d’autres sports. Pourtant je pense que tout est corps/esprit. Ce qui caractérise le plus une épreuve comme le 6 jours c’est le côté lancinant, processionnel qui, dans une société où tout est accéléré, paraît en déphasage dans la perception du temps. En effet, le spectaculaire se conçoit plus dans l’explosivité des choses, je pense au Free Ride, au sprint etc…. Je crois dans mon cas que ce que l’on qualifie de mental c’est d’abord une approche martiale au quotidien qui me permet de relativiser la difficulté.

Centre Coaching : Quelles stratégies mets-tu en place pour le gérer ? Disposes-tu d’outils en particulier ?

Pierre-Michaël Micaletti : Au-delà d’arrangements intellectuels facilitants ou leurrants (qui peuvent malgré tout être une stratégie), utiliser des techniques comme la PNL, l’auto-hypnose, la dissociation et bien d’autres encore pour le travail mental dans mes entrainements me permet d’atteindre les meilleures performances. Pour moi cela correspond à du développement personnel que je transfère à mes autres activités, professionnelles, familiales etc…  

Centre Coaching : L’homme a parfois des capacités non soupçonnées et peut se dépasser pour aller très, voir trop loin dans ce qu’il fait ? Alors te fixes-tu des limites ?

Pierre-Michaël Micaletti : Non pas de limites, des points de repères qui me permettent de répondre à des objectifs kilométriques ou autres, mais pas de limites. J’adore le risque et pour moi il y a du risque à ne plus prendre de risques…

Centre Coaching : Avec le recul que tu as, que penses-tu de la préparation mentale et de l’accompagnement qui peut être fait dans ce domaine ?

Pierre-Michaël Micaletti : Il est indispensable de travailler son esprit et de découvrir  des techniques de communication, de management, qui permettent une approche plus consciente du psychisme de l’individu. Les grandes lignes universelles du comportement et ses leviers doivent être maitrisés, en réponse à notre esprit qui peut être pervers lorsqu’il s’agit de trouver des échappatoires pour aller vers l’abandon. Pour autant je pense que le domaine est totalement à découvrir. Le Docteur Damien Lafont avec son ouvrage sur la « Zone » aborde au titre des neurosciences des domaines qui pour moi seront demain le quotidien de l’entrainement. On n’en est qu’aux prémices de tout ce qui concerne la part du cerveau dans tout cela, et c’est super.

Centre Coaching : Quel sera ton prochain défi dans les mois ou années qui viennent ?

Pierre-Michaël Micaletti : Un très gros défi avec un 6 jours tapis-sciences autour du sommeil en mai, avec un de mes pères spirituels, Philippe Dieumegard (Triathlète de l’extrême ayant réalisé un Iron Man puissance 12 avec 45,6 km de natation – 2160 km de vélo – 507 km de course) qui fera l’épreuve sur Home Trainer. Une observation de nos organismes sur le plan physiologique dans le domaine de l’endurance extrême complétera l’étude du sommeil. Très prochainement des news sur www.ultrathletic.fr et www.ultrarunner.fr, et sur ton site évidemment Mickaël.

Centre Coaching : Je tiens à te souhaiter bonne chance pour tes projets et je te remercie du temps que tu m’as consacré pour ce témoignage.

Crédit photos : Thierry Esnol
  • Copyright © 2018 - Centre-Coaching. Tous droits réservés